UTMB® : Un engagement en faveur de l’environnement


À une époque où l'écologie et la sauvegarde de l'environnement sont au cœur de bien des débats, le sport se doit d'être exemplaire. Les organisateurs d'événements sportifs tel que l'UTMB® portent une grande responsabilité dans l'évolution de la logistique d'une compétition, ainsi que dans les comportements de ses participants. En mettant en place une politique de développement durable et de pédagogie à l'égard des sportifs et des spectateurs, ils jouent un rôle prépondérant dans la sauvegarde de notre planète.
L'Ultra Trail du Mont Blanc® (UTMB®) ne fait pas exception et a prouvé ses capacités à innover depuis sa création en 2003, pour être pionnier dans le domaine de l'écologie liée au sport outdoor et aux événements sportifs de grande ampleur.

 

Un engagement en faveur de la protection de l'environnement

L'UTMB® traverse dix-huit communes dans trois pays, la France, l'Italie et la Suisse, et trois grandes régions alpines, Auvergne Rhône Alpes, la vallée d'Aoste et le Valais. En 2017, ce sont plus de huit mille coureurs qui ont pris le départ d'une des courses de l'UTMB et des dizaines de milliers de spectateurs qui ont suivi leurs exploits. Face à cet engouement, les organisateurs ont pris conscience des enjeux écologiques et de leur responsabilité face à l'environnement dès la création de la course.

L'UTMB® a travaillé d'arrache-pied pour améliorer la protection de l'environnement et s'inscrire dans des engagements éco-responsables. En 2017, l'organisation s'est même engagé pour le développement durable dans le cadre de la charte GESI – Grands Événements Sportifs Internationaux.

Jules Pijourlet, ancien cycliste professionnel, veille au respect des engagements pris dans le cadre de la GESI pour limiter l'impact de la course sur l'environnement et protéger la biodiversité.

Protéger la biodiversité est une des missions de la commission environnement

Une commission dédiée à l'environnement

La commission environnement de l'UTMB® a mis en place des actions concrètes depuis sa création en 2006. En 2017, c'est le sentier montant aux Pyramides Calcaires qui a vu le jour, ainsi que la sente de contournement aux abords du lac Verney. En 2018, l'action envisagée est centrée sur la réhabilitation de trois sentiers traversant le col du Bonhomme, le vallon de Chavannes et le sentier entre la Fouly et Praz le Fort.

 

Le balisage des zone naturelles sensibles

La signalétique spéciale environnement a été renforcée pour délimiter les zones naturelles fragiles et sensibiliser les coureurs à leur respect. Une commission composée d'une vingtaine d'ambassadeurs de l'environnement est chargée de réhabiliter et entretenir les sentiers. Elle veille sur les comportements des coureurs et du public, tout en engageant des actions pédagogiques.

Un environnement sauvage et fragile qui demande une attention particulière de la part des coureurs

 

La mutualisation des transports

La problématique des transports a été étudiée dès la deuxième édition de 2004 avec la mise en place de transports en commun pour les accompagnants afin de réduire drastiquement l'utilisation des voitures et les émissions polluantes qui vont avec.

En 2017, toute l'organisation a été remise à plat pour optimiser les déplacements en bus des coureurs et de leurs accompagnants afin de supprimer définitivement les voyages à vide des bus. En 2018, l'organisation a mis en place des lignes régulières, UTMB® Bus pour suivre les coureurs.

 

Les déchets liés à l'alimentation et aux ravitaillements

Les gobelets en plastique sont encore indispensables pour certains ravitaillements mais grâce au partenariat établi avec la société Elise Alpes, 50% de ces gobelets ont pu être recyclés en 2017

En 2018, pour aller encore plus loin, l'UTMB s'est inspiré de l'action des directeurs de la course de la Vibram Hong Kong 100 en mettant en place le dispositif BYOU – Bring Your Own Ustensils – qui interdit toute vaisselle jetable sur les ravitaillements. Comme son nom l'indique, les sportifs doivent transporter leur propre vaisselle s'ils souhaitent manger chaud.

Toujours dans le domaine de l'alimentation, en favorisant les circuits courts, l'organisation est passée de 3 à 20% d'aliments labellisés et d'AOP – Appellation d'Origine Protégée – en 2017.

 

Les mesures prises par  l'UTMB® en faveur de la protection de l'environnement montrent à quel point le sujet est pris très au sérieux par l'organisation. L'impact "zéro" est impossible de la part d'un tel événement. En revanche, il y a une vraie démarche d'amélioration continue et de sensibilisation auprès d'un public amoureux du terrain de jeu que nous offre le territoire du Mont-Blanc.

 

À lire aussi :

Comment suivre les coureurs pendant l’UTMB® ?

L’UTMB® un événement qui s’internationalise

 

© UTMB® - photo : Pascal Tournaire

 

X