Salomon ME:sh, la chaussure running 4.0 – Part 3


La marque de sport Salomon a lancé en 2017 le concept ME:sh, un vaste projet initié il y a plusieurs années déjà. Se rapprocher du consommateur était une évidence et ME:sh va encore plus loin en proposant une chaussure personnalisée Made in local ! Dans ce dernier opus, nous nous sommes intéressés plus particulièrement à la conception du produit, cette chaussure 4.0 unique au monde, produite actuellement dans un Lab appelé la ME:sh Unit.

ME:sh, un laboratoire au service de l’entreprise

Le développement du projet ME:sh s’est fait en "mode Startup" au sein du centre R&D Salomon à Annecy. Alors que les innovations habituelles se font souvent à partir de technologies connues ou de manière incrémentale, Salomon a fait le pari de créer un Lab (unité de travail autonome mais intégrée à l'entreprise) pour le projet ME:sh dans le but de créer un innovation de rupture afin de gagner en agilité et réactivité. Une équipe d’experts composée de bio-mécaniciens, ingénieurs produits ou encore techniciens de la chaussure travaille à temps plein sur le projet depuis 2 ans avec un objectif : inventer la chaussure de demain !

Dans l'équipe d’experts sur le projet ME:sh, on trouve de gauche à droite, Jean Yves Couput, directeur du projet ME:sh, Laurent Coudurier, Chef de projet footwear, et Sébastien, bio-mécanicien.

« Certains produits comme la SpeedCross ne permettent pas une innovation de rupture comme a pu l’être ME:sh », explique Jean-Yves Couput, directeur du projet ME:sh. « Il a fallu accompagner ce changement de mentalité qui consiste à prendre du risque quitte à échouer mais un risque mesuré « Fail fast, fail cheap » comme disent les Américains », poursuit celui qui a passé plusieurs années aux États-Unis comme directeur marketing des marques Salomon/Atomic/Suunto.

Outre le fait d’avoir su développer un produit innovant, le projet ME:sh a permis d’améliorer certains process voire composants sur les modèles classiques. C’est le cas de la colle qui habituellement est composée de solvants toxiques alors que pour une chaussure ME:sh, la colle s’affranchit de solvant. « On a réussi à automatiser certains process actuels, ce qui a un impact énorme sur les temps et coûts d’une ligne de production en Asie. »

Enfin, le projet ME:sh est une source d’apprentissage continu avec des passerelles et partages de compétences transversales dans les autres départements de l’Annecy Design Center. C'est tout l'avantage d'un Lab dans une entreprise de cette dimension !

Le parcours qui mène à la ME:sh Unit retrace les produits phares développés par Salomon

La customisation selon ME:sh

La chaussure customisée fait souvent référence à l’aspect esthétique comme les grandes marques (Nike, Adidas, New Balance, Vans…) le proposent déjà depuis des années. Mais le concept ME:sh va au-delà en créant une chaussure personnalisée non seulement au niveau esthétique mais surtout au niveau fonctionnel. C’est là toute la différence !

Afin de répondre au besoin de chacun, une chaussure ME:sh tient en effet compte de 4 éléments de personnalisation appelée « FIT » :

  • Le FIT d’usage qui répond au terrain sur lequel on est amené à courir (sable, bitume..)
  • Le FIT biomécanique suivant notre manière de courir (attaque talon, avant du pied…)
  • Le FIT anatomique qui tient compte des dimensions du pied (large, fin…)
  • Le FIT préférentiel qui est propre à chacun et qui peut contredire l’un des 3 FIT précédents (« j’aime avoir le pied serré »…)

Concrètement, l’utilisateur est amené, dans un premier temps, à répondre à un questionnaire de 10 questions via une application mobile sur les bénéfices qu’il attend de la chaussure (« je cours une fois par semaine, sur un terrain plat, je privilégie l’amorti, etc… »). En fonction des réponses, l’algorithme va lui recommander une chaussure en fonction des 3 FIT rationnels d’usage, biomécanique et anatomique.

C’est là qu’intervient un dialogue avec le client pour connaître ses préférences. « Il y a aussi des différences culturelles. Par exemple, un américain va préférer avoir un fit du pied assez large alors qu’un européen préférera un pied assez serré », ajoute Jean-Yves Couput. Suite à cet échange commence alors la conception de la chaussure personnalisée.

Une chaussure ME:sh comprend 10 éléments contre 30 à 50 pour une chaussure "classique"

 

Une chaussure simplifiée à son minimum

Pour les équipe R&D, l’objectif était que chaque composant ait une raison d’être. Amorti, protection du pied, accroche, etc… une chaussure classique comprend 30 à 50 composants. L’objectif de départ était de ramener ce chiffre à 5. Au final, une chaussure ME:sh est fabriquée avec seulement 10 composants ! Ce qui est déjà une vraie prouesse technique.

Le choix des éléments de personnalisation (amortie, semelles, grip...)

La différence essentielle d’une chaussure ME:sh par rapport à une classique, est d’être construite à partir d’une chaussette « twinskin » spécialement tissée en 3D à partir de fils thermo-formables. La forme du pied est donnée par un last, un moule qui donne le volume intérieur au pied et choisi en fonction des mesures réalisées au préalable. Libre ensuite au client de choisir son drop, le type de semelle extérieur, le coloris… pour avoir une chaussure complètement personnalisée !

Une chaussure ME:sh est construite à partir d’une chaussette « twinskin » spécialement tissée en 3D

Alors forcément la technologie a un prix… Si on est loin de l’objectif de départ qui était de proposer une chaussure ME:sh autour de 150€, on n’est pas non plus sur des tarifs exorbitants. Deux modèles de chaussure ME:sh sont actuellement proposés :

  • S/LAB ME:sh Unique to Me qui est une version 100% customisée vendue 300€
  • S/LAB ME:sh Unique to Our Community qui est une version déjà préconçue pour répondre spécifiquement aux besoins d’une communauté qui a l’habitude de courir dans un environnement donné (ex : terrain de jeu autour d’un magasin partenaire à Millau ou encore celui d’un événement en particulier comme la Salomon GoreTex Maxi Race) vendue 230€

Pour rappel, le modèle haut de gamme d’une S/LAB classique tourne autour de 180€ soit une chaussure personnalisée pour 50€ de plus aujourd’hui mais qui demain pourrait devenir accessible au plus grand nombre… Affaire à suivre !

 

Vous avez manqué les autres articles sur le sujet Salomon ME:sh ?

X